Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Atelier animé par Géraldine
J Salomée- EmptyDim 15 Avr - 22:01 par Admin- DanielleLB

» Un témoignage...
J Salomée- EmptyVen 6 Jan - 23:40 par Admin- DanielleLB

» Chez MOI ...
J Salomée- EmptyMer 3 Juin - 15:45 par Admin- DanielleLB

» coucou blanche
J Salomée- EmptyLun 16 Mar - 13:11 par blanche

» AtelierMandalCréatif
J Salomée- EmptyMar 10 Mar - 16:15 par Admin- DanielleLB

» Projets2015
J Salomée- EmptyDim 8 Mar - 21:43 par Admin- DanielleLB

» Vendredi 23 février 2015
J Salomée- EmptySam 24 Jan - 0:47 par corinne11

» La technique métamorphique
J Salomée- EmptyMer 14 Jan - 10:18 par Invité

» Lever de soleil
J Salomée- EmptyMer 5 Nov - 21:50 par Invité

Shopactif


J Salomée- Empty
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
créer un forum
Avril 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier


J Salomée-

Aller en bas

J Salomée- Empty J Salomée-

Message par Admin- DanielleLB le Jeu 17 Fév - 17:22

Le Conte des baisers prisonniers


« un seul baiser peut réveiller plus d’émotion et de plaisir qu’une longue déclaration d’amour. »


Il était une fois une petite fille qui avait été agressée quand elle avait près de dix ans.

Ce ne fut pas une violence très grave , heureusement pour elle, mais tout de même, elle en avait été blessée profondément. En fait, un soir d’ été où toute la famille prenait le frais, elle avait embrassée de force, dans le noir, par un voisin malveillant, ami de la famille. Elle s’ était débattue, avait réussi à s’enfuir, affolée, toute bouleversée. Près de sa maman elle avait pu dire en confiance ce qui lui était arrivé. Elle s’était sentie comprise, et l’incident fut oublié… ou presque.


Il fallut longtemps, très longtemps à cette petite fille devenue femme pour entendre un jour, dans l’ automne de sa vie, que cet événement était encore gravé en elle.

Elle avait bien ressenti pourtant dans sa relation amoureuse et son corps de femme qu’elle avait des difficultés à embrasser. Des baisers-bisous, elle pouvait en donner tout plein. A ses frères et sœurs, puis à ses enfants. Des bisous câlins, des bisous coquinous, des bisous sur le bobo qui fait mal pour qu’il guérisse plus vite, des touts joyeux qui claquent sur les joues, des bisous francs de l’amitié. Tous ceux-là étaient ses amis.

Mais les baisers d’amour.

Quelque chose en elle était mal à l’aise dans ces baisers-là, qu’ils soient reçus ou donnés. Quelque part ils restaient des baisers … pris. Elle avait résumé cela par une constatation sévère vis-à-vis d’ elle-même :



  • Je ne sais pas bien embrasser.


Longtemps après son deuxième divorce, après de longues années de solitude et de recherche sur elle-même, elle rencontra sur son chemin de vie un homme qui éveilla en elle de merveilleux désirs dont celui d’embrasser et d’être embrassée. Avec de vrais baisers d’amour, des baisers où les bouches s’ offrent et se donnent, des baisers fougueux qui grisent les retrouvailles, des baisers offrandes qui flamboient au merveilleux de la fête des corps.

Elle ressentit alors que, malgré tous ses désirs tous neufs, quelque chose en elle ne participait pas autant qu’elle le voulait. Une réserve indicible retenait sa bouche. Quand elle partageait ses baisers, il lui arrivait de ressentir des crispations dans la mâchoire, ses lèvres restaient tendues, rétives, malgré son immense désir, malgré toute sa joie.

-Pourquoi, pourquoi ? se disait-elle.

Une nuit de réflexion, le souvenir du baiser forcé de sa petite enfance lui revint en mémoire, dans une grande émotion. Elle entendit soudain que c’était ce baiser-là qui retenait prisonniers tous les baisers d’amour qu’elle voulait tant donner et recevoir.

Alors elle décida d’ écrire une longue lettre à celui, mort depuis près de quarante cinq années, qui l’avait agressée un soir d’ été. Elle put dire sa peur de fillette, son dégoût pour cette bouche qui sali et souillé la sienne. Elle put dire sa répulsion, sa colère, son indignation, son regret, la confiance trahie, et même combien elle aurait voulu que sa maman se fâche plus contre cet homme. Elle put dire aussi son immense désir d’embrasser en toute liberté, d’oser donner sa bouche et recevoir pleinement une autre bouche sur la sienne, d’autre s lèvres sur les siennes, d’ accéder à ce vrai bonheur des baisers d’ amour partagés.

Longtemps elle écrivit cette nuit-là. Au petit matin elle déchira toutes les pages en menus morceaux et heureuse, soulagée, apaisée, fière d’elle-même, elle jeta le tout dans les toilettes et tira la chasse d’eau.

Quelques jours après elle put enfin, pour la première fois, trouver tout l’ élan, toute la fougue, toute la joie qui lui permit de rejoindre dans les baisers merveilleux d’amour, de tendresse et de désir mêlés, la bouche tant aimée de l’homme qu’elle aimait.

Quand à tous les baisers retenus si longtemps prisonniers, ils font la fête, ils s’offrent, ils s’en donnent à cœur et à corps joie, dans toute la plénitude de son sourire de femme réconciliée.

Admin- DanielleLB
Admin- DanielleLB
Admin

Messages : 810
Points : 1119
Réputation : 6
Date d'inscription : 19/11/2010
Age : 56
Localisation : Bretagne

http://arbre-lueur.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

J Salomée- Empty Re: J Salomée-

Message par staifnanie le Mer 2 Mar - 22:12

c'est magnifique Danielle merci pour ce partage
Jacques Salomé c'est un auteur que j'aime beaucoup!!

pleins de bisous
staifnanie
staifnanie

Messages : 384
Points : 686
Réputation : 1
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 40
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum